06/05/2010

ECO-CLUB : QUEL ECOLOGISME ?

3yen6vxoxigk2ki29if4.jpg

 

Le 15 septembre 1988, pour la première fois, dans l’histoire du mouvement des idées dans notre pays, fut proclamée une philosophie se réclamant de l’écologisme. En réalité, ce n’était alors qu’une vision. ECO-CLUB devrait d’abord chercher à remplir les critères de la rationalité et de l’objectivité. Aussi avait- il besoin d’être expérimenté et vérifié dans la pratique. Cette volonté d’être une philosophie d’action se manifesta d’abord par la création d’une structure viable, le 12 novembre 1988 à Ziginchor, et d’une antenne pilote en milieu rural, Boumouda. Ainsi ECO-CLUB, l’embryon du mouvement écologique prenait forme. Mais l’écologisme est un fait tout nouveau dans notre pays. Cette originalité et tant d’autres, confèrent à ECO-CLUB une identité.

 

     ECO-CLUB est une structure animée d’une conscience qui la précède et  l’oriente. Mais l’environnement est une notion très vaste. La vision que nous en avions n’était pas finie celle-ci évolue en même temps que la structure se développe.

   

    A l’origine, fut la pris de conscience du contexte géo- climatique  de notre pays, qui interpellait et interpelle encor avec acuité, tout citoyen. En effet le Sénégal est un pays sahélien. la gangrène du désert le ronge de façon alarmante. A cela, il faut ajouter la dévastation inquiétante de la nature par l’homme, comme le feu de brousse, l’exploitation forestière abusive ou incontrôlée, ou une certaine forme d’urbanisation. La rareté des pluies, conséquence néfaste du fléau de la désertification, profondément éprouvé l’agriculture, ce grand pilier de notre économie. L’homme se heurte quotidiennement à l’hostilité de la nature.

 

 

    En fin la menace des déchets toxique pesait sur notre continent. Des pays africains avaient été même  incriminés.

 

    La détérioration progressive de notre cadre de vie et les menaces qui pèsent sur lui, le dégradation de nos conditions d’existence, nous imposaient nous imposent encore de prendre les initiatives pour sauvegarder et améliorer notre environnement. La naissance d’Eco-Club survenait donc à point  nommée. Il n’est pas le plagiat d’autres structures écologiques existants ailleurs. L’environnement qui perçoit est d’abord celui qui l’a engendré et dans lequel il est fortement impliqué.

  

  ECO-CLUB se propose de lutter de manière générale, pour un meilleur environnement mais il ne fait pas le projet d’une société idéaliste vivant dans un environnement paradisiaque. Il se veut une structure qui sauvegarde les acquis et recherche quotidiennement les moyens d’améliorer nos conditions et notre cadre de vie. Pour atteindre ses objectives ambitieux, nous avons pensé que seule la création d’un grand mouvement pouvait être décisive. Aussi le rôle essentiel d’Eco-Club fut-il de créer les conditions objectives favorisant l’avènement du mouvement écologiste dont il est l’embryon. Un mouvement constitue certes, une force contre les agresseurs de l’environnement. Sous d’autres cieux, cette force proteste par des marches, des manifestations ou combats dans l’arène politique. Mais ECO-CLUB est apolitique lutte pour un meilleur environnement constitue un acte de civisme et de patriotisme et concerne tout citoyen. Nous le considérons comme une option dans une large dynamique pour le développement. Pour se faire, il s’est fixé comme tache d’inculquer sa conscience à un plus grand nombre de citoyens pas la sensibilisation. Cette conscience et toute sa vision, celle de l’environnement physique, économique, social, culturel et aussi une mentalité et des comportements nouveaux.

  La sensibilisation est l’activité essentielle Eco-club Celle-ci ne consiste pas seulement au martèlement des consciences. La pratique aussi peut provoquer la prise de conscience, et l’a raffermit d’avantage. ECO-CLUB est une structure d’action, la sensibilisation telle que nous la pratiquons, procède par le captation des consciences, d’abord avec une structure viable, puis avec des activités socio-économiques, socioculturelles, des actions sociales et civiques, en un mot avec de la pratique. Elle est aussi idéologique.

 

            ECO-CLUB produit périodiquement des documents, profitant souvent d’occasion comme la campagne de lutte contre les feux de brousse. Il permette à notre vision de se préciser et d’évoluer

 

            La commission socioculturelle d’ECO-CLUB a une vocation de sensibilisation. Elle compose un hymne intitulé « YIRBA » (le grand arbre) et produit des tableaux d’art dénonçant des agressions contre notre environnement. A l’exposition de la 6ieme semaine régionale de la culture et de la jeunesse, elle a emporté la coupe mise en compétition. Cette même coupe baptisée « YIRBA » fut jouée lors d’un tournoi de football à BOUMOUDA, pour sensibiliser ce village et ses environs.

 

 

            Bref, toutes les actions d'Eco-Club  constitue autant de véhicules pour la sensibilisation. La sensibilisation n’use pas de moyens choisis dés le départ. Elle est très inspirée et a pour tache d’imaginer et de trouver les moyens d’atteindre les objectifs qui lui ont été fixés. Eco-Club est une structure de réflexion. La sensibilisation est surtout axée sur la lutte contre la désertification. Nous considérons que ce fléau constitue, aujourd’hui, l’agression la plus concrète sur notre environnement. Le Sénégal doit pour sa survie même, mener un âpre combat contre l’avancé fulgurante du désert. Eco-Club en a fait une priorité. A sa naissance, son premier cri fut « TOUCHE PAS A MA NATURE ».Cet avertissement s’adresse a une société peu préoccupée par son environnement et qui ne cesse de le menacer et de l’agresser.  Eco-Club s’est engagé à la prévenir sur les dangers du fléau de la désertification et à la convaincre sur la nécessité de le combatte. Il recherche les causes et propose d’autres alternatives. Il est urgent de repeupler notre nature, d’abord par le reboisement. Pour sa part Eco-Club a reboisé à BOUMOUDA en initiant un projet de plantations d’arbres fruitiers dans d’anciens champs d’arachides. Mais dans ce combat titanesque il est impérieux d’encourager et de multiplier les efforts dans les constitutions de barrages. Eco-Club lutte aussi pour la sauvegarde de ce qui nous reste de nature.

 

            La sensibilisation sur le fléau de la désertification se fait partout ou opère Eco-Club. Ensuite par rapport au milieu, elle s’articule sur les autres problèmes de l’environnement qui lui sont spécifique

Aujourd’hui la sensibilisation a atteint les résultats inespérés. Eco-Club est parvenu à changer quelques choses dans le comportement de beaucoup de citoyens, à redonner espoir à des pessimistes et à intéresser les indifférents. A Ziguinchor, la structure comprend maintenant des propositions gigantesques. Ensuite l’expérience de BOUMOUDA a value des propositions de créations d’antennes dans d’autres villages.

 

            L’environnement social figure parmi les grands préoccupations d’Eco-Club. Notre écologisme, c’est de l’humanisme aussi. Il est pratiqué au seul profit de l’homme. L’homme qui le détermine. Mais le dialogue sociale connaît aujourd’hui des difficultés. On assiste de plus en plus à une crise de nos organisations sociales. La famille est en dislocation. L’individualisme, l’égoïsme, la marginalisation deviennent de véritables fléau sociaux. Les tensions sociales souvent aigues que nous vivons, ont certes diverses causes. Cependant nous pensons que la crise économique y est pour quelques choses. La précarité de l’emplois a fortement bouleversé nos traditions sociales. L’emploi tend à devenir l’unité de mesure de la valeur humaine. Ce qui n en est pas vive des drames psychologiques, souvent cause d’usage abusif de la drogue et de dépressions.

 

            Eco-Club estime que pour un meilleur environnement social il faut quand même du travail. C’est pourquoi il s’est aussi fixé la tache initiée un volet économique. Il a fait du concept de self-reliance son principe fondamental : compter sur ses propres forces. Il devait alors imaginer des débouchés économiques, en faisant preuve de beaucoup de réalités.

 

            La solidarité est le fondement du volet économique : solidarité du groupe, mais aussi solidarité du groupe à l’égard de l’individu, elle a surtout pour but d’amener les écologistes à acheter et à traiter entre eux. Pour encourager ces échanges internes des tarifs de faveur ont été crées : le « prix vert » ou encore « prix écologiste ».Grâce à la solidarité, le marché intérieur que constitue Eco-Club a été fort bien exploité. Elle a aussi rendu possible la coopération économique inter antenne, c'est-à-dire entre Eco-Club Ziguinchor et Eco-Club BOUMOUDA.

 

            Cependant le marché intérieur n’a pas été négligé. A Ziguinchor, l’obtention de petits marchés de constructions a permis d’occuper certains ouvriers. D’autres ont pus être introduits dans les grands chantiers. La promotion des artisans s’effectue aussi dans le milieu touristique appelé au « fighting » a eu des éclos positifs. Eco-Club est contre l’attentisme. Le membre est appelé à se battre, et est soutenu dans le combat qu’il mène pour s’occuper. A BOUMOUDA, fait nouveau, les villageois ont eu libre choix quant à la réflexion sur leur propres forces : le concept de self-reliance y est bien encre. Les activités économiques s’y traduisent d’abord pour des projets collectifs : plantation d’arbres fruitiers, riziculture,et pêche de crevettes. Les initiatives individuelles y sont stimulées et encouragées. L’écoulement du surplus de certains produits, ainsi que la pêche commerciale, en sont rendu plus difficiles. Toutefois la coopération inter antennes a beaucoup aidé à contourner cet obstacle surtout pour l’écoulement des produits maraîchers

 

            L’aide à la formation fait partie du volet économique. Il faut y noter un seul cas d’insertion dans un programme de formation. L’appel lancé à cet effet aux pouvoirs publics et aux organismes non gouvernementaux, n’a pas encore eu échos.

 

             En ce qui concerne l’éducation, des efforts ont été consentis pour venir en aide à nos élèves, notamment en les dotant d’une bibliothèque et en les encadrant. La lutte que mène Eco-Club n’a pas pour unique but de respirer l’air pur. Elle est une structure de base. Il est la volonté de la base de prendre le contrôle de sa vie quotidienne sur le plan local. Pendant cette première année d’existence, le souci d’ Eco-Club a été de l’organiser et de l’entraîner à la pratique, la préparant ainsi à s’atteler de grands projets de développement. Cependant le manque de moyens chronique constitue un handicap de taille. Au stade actuel de son développement, Eco-Club a besoin, du soutien de la coopération et de la collaboration de structures soucieuses d’aider la base d’assurer son propre avenir. Eco-Club est une structure de contribution. Il s’est identifié des partenaires, pour la plupart parmi les pouvoirs publics, dont il se veut le partenaire social. Sa contribution s’effectue et à la réflexion et à la pratique.

 

            Eco-Club est une structure de formation. Il aide l’individu à comprendre les diverses composantes de son environnement, le rendant ainsi apte à s’y adapter et aussi à se l’adapter. La notion d’environnement élargit le champ de la connaissance.

 

            Eco-Club est une structure d’utilité sociale. Malgré la modestie de ses moyens, il a mené des actions en faveurs de la communauté locale. Il recherche encore le moyen de doter son antenne rural de médicaments. La santé est le critère de l’amélioration de nos conditions d’existence.

 

            Eco-Club est une philosophie de l’espoir. Il est un initiative de jeunes. Dans les bas quartiers, ou il est né, comme à certains niveaux, il a été d’abord perçu comme un coup de point sur les tables de valeurs. On a cherché à tort à le considéré sous l’angle de la problématique de la jeunesse, à laquelle certains esprits conservateurs s’entêtent à nier toute préoccupation pour le progrès. Nous vivons dans un environnement favorable à la libéralisation de la pensée, et qui nous contraint à la réflexion. A Eco-Club, jeune et adulte dépassent un conflit de générations inutile, et cherchent ensemble à améliorer leur environnement.

 

            Eco-Club a vécu au quotidien grâce au professionnalisme de certains de ses membres. Cet engagement volontaire et bénévole, cet esprit de sacrifice pour la cause civique et patriotique, constituent autant de valeurs à saluer.

 

            Membres d’Eco-Club, jeune et adultes nous sommes les premiers à initier l’Ecologisme dans notre pays. Les intimidations, les agressions et toutes les difficultés rencontrées, sont le lot de tous les pionniers. Mais notre volonté est inébranlable. L’expérimentation d’Eco-Club s’est avérée positive.

CE LONG CHEMIN QUE NOUS AVONS INITIE , NOUS SOMMES DETERMINES A LE POURSUIVRE.

 

 

                                 Fait à Ziguinchor le 24 février 1990

 

                                 TOUCHE PAS A MA NATURE

Les commentaires sont fermés.